Revivez les premières Assises du mentorat – atelier 4 – le mentorat à distance

Revivez les premières Assises du mentorat – atelier 4 – le mentorat à distance
25 janvier 2021 Collectif Mentorat


Objectifs de l’atelier : Comprendre l’intérêt de mettre en place des actions de mentorat à distance et appréhender le mentorat comme une des réponses innovantes face à la crise sanitaire et éducative.

Animation : Gabrielle LEGERET, Marine BONNEFOI et Mathilde TATON de Chemins d’Avenirs

Intervenants :
Laura CHUPIN – Responsable des partenariats chez Chemins d’Avenirs
Cyril BOUAZIZ – Coordinateur de la Cité Éducative “Grand Mirail” pour la Mairie de Toulouse
Alexiane TERROCHAIRE – Chargée de mission Mentorat à Distance pour l’AFEV
Axel DAUCHEZ –  Président de Make.org

 

Éléments clés évoqués

 

Le mentorat à distance permet de s’adresser à un public isolé (par ex. des jeunes de zones rurales) parfois exclu des dispositifs classiques d’accompagnement. 

Le mentorat permet d’apporter une approche globale pour pallier le manque de ressources et faire face aux obstacles qui s’accumulent auprès des jeunes (manque d’accès à l’information, autocensure, assignation à résidence, manque de personnes de référence,…).

Le mentorat à distance permet de créer le lien entre jeunes de différents territoires isolés, de connecter des citoyens de différents horizons et de mettre le numérique au cœur de la lutte contre les inégalités (lutter contre la fracture numérique, le manque d’accès à internet et le manque de compétences pour les usages numériques).

 

L’action de mentorat à distance est une démarche professionnelle qui doit se penser en lien avec les acteurs éducatifs et les dispositifs locaux. 

Même dans un contexte d’urgence (comme celui vécu lors du premier confinement), il est important d’évaluer les besoins et donner une réponse locale adaptée en coordination avec les acteurs pédagogiques et le tissu associatif présent sur le territoire. Tisser un lien de confiance et d’écoute entre les acteurs pour passer d’un système de coordination de dispositifs à un système de collaboration entre dispositifs. Connaître la limite de chaque dispositif pour s’engager à la hauteur de ses compétences.

La solution choisie doit offrir un espace d’écoute et de médiation pour permettre de canaliser le stress et répondre aux besoins des différents publics impliqués (parents, élèves, professionnels éducatifs, accompagnateurs…) 

Le mentorat est une action qui a aussi ses limites. Il est important de ne pas porter tous les besoins des jeunes sur le mentorat. Il faut le mettre en place là où il a sa plus-value. 

 

La formation, l’outillage et l’accompagnement sont essentiels pour assurer la qualité des actions de mentorat à distance et développer l’engagement et la confiance chez les mentors.

Développer des outils pédagogiques pour former les mentors à l’action à distance et les accompagner tout au long de leur engagement : des ressources adaptées et des séances dédiées à l’échange de pratiques entre mentors. Faire du numérique un levier dans la mobilisation des mentors et dans la création d’outils innovants. 

Sensibiliser le mentor sur sa posture et sur ses limites. Articuler cette action dans un environnement riche et complexe pour qu’il puisse donner le meilleur de lui-même. Apporter un accompagnement spécifique pour le développement de compétences acquises à travers l’action de mentorat à distance (softskills)  et un soutien psychologique quand nécessaire. 

Développer un lien de confiance au sein du binôme et alimenter la curiosité chez les mentors. Tisser tant que faire se peut un lien avec la famille pour l’accompagner à distance dans la scolarité de son enfant. 

 

L’action de mentorat à distance ne se suffit pas à elle-même. Elle doit être réfléchie et soutenue par les autres dispositifs d’accompagnement présents autour du mentoré.

Pour assurer la continuité pédagogique, il est important de proposer le mentorat à distance en complément de toutes les autres actions existantes dans la sphère du mentoré. Veiller à ce que la rupture de lien physique ne se traduise pas par la rupture entre les dispositifs d’accompagnement. L’action de mentorat à distance doit pouvoir s’articuler avec des actions en présentiel. 

Responsabilité des pouvoirs publics (exemple des Cités Éducatives) pour assurer cette continuité entre les dispositifs d’aide et assurer le maintien des initiatives dans un contexte qui évolue. Importance d’impliquer les financeurs et les entreprises pour les sensibiliser à leur potentiel et apporter une dynamique de soutien localisée. 

 

Construire des parcours d’engagement complémentaire pour rendre l’offre de mentorat accessible, lisible et pérenne

Il est essentiel de mutualiser les ressources entre les différents acteurs proposant des offres de service similaires. C’est la force du Collectif Mentorat de pouvoir rassembler les offres et rendre lisible la complémentarité entre les acteurs associatifs qui proposent du mentorat. 

Favoriser l’accès au mentorat à travers des actions complémentaires avec des niveaux d’engagement différents. Donner la possibilité de s’engager 2h par an peut permettre de casser le plafond de verre chez les futurs mentors, promouvoir le mentorat et faciliter le passage à l’acte : transformer l’envie en besoin, le besoin en rencontre et la rencontre en une action de mentorat pérenne. 

 

Développé dans l’urgence, le mentorat à distance n’est plus une solution temporaire mais un souhait citoyen amené à se pérenniser 

Face à l’impact positif du mentorat à distance et face aux besoins que cette action a révélés dans les territoires, le mentorat à distance n’est plus une solution temporaire, elle se structure et se pérennise avec l’aide de toute une communauté d’acteurs professionnels. 

Le mentorat est une solution citoyenne souhaitable et a été identifiée par les citoyens comme un outil transversal essentiel, capable d’accompagner et de construire le monde de demain. 

 

PERSPECTIVES POUR LE COLLECTIF MENTORAT :

  • Rendre plus lisibles l’offre associative de mentorat et ses spécificités pour tous ceux qui souhaitent s’impliquer (entreprises, pouvoirs publics, bénévoles, jeunes…).
  • Travailler avec les pouvoirs publics pour se donner les moyens financiers de développer le mentorat et réduire la compétition entre les associations quand il s’agit de financement.
  • Imaginer des parcours d’engagement complémentaires, dans la durée avec différents niveaux d’engagement pour les mentors et pour les mentorés.
  • Travailler la complémentarité entre les actions de mentorat à distance et en présentiel.
  • Mutualiser les contenus et apporter des ressources de qualité aux professionnels qui font du mentorat.

 

(Propos recueillis par Fiona Soler Harroche)

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*